Guide de Bonnes pratiques

veloppement durable par le biais de journées concernant par exemple le calcul de l’empreinte écologique, le bilan carbone… ou des journées ou stages de quelques jours sur un sujet bien spéci- fique: techniques écologiques pour les entretiens des espaces verts…

> La sensibilisation: elle est essentielle, elle permet de maintenir l’attention de l’ensemble du personnel (journées de sensibilisation).

> Intégrer des critères environnementaux dans les appels d’offres.

• La rénovation et la construction > La rénovation: les collectivités ou entreprises doi-

vent réaliser au préalable un diagnostic énergé- tique afin d’évaluer les performances énergétiques des bâtiments. Au regard du bilan, des travaux de rénovation seront effectués en in- corporant une démarche environnementale, la démarche HQE (Haute Qualité Environnementale) par exemple.

> La construction: les collectivités ou autres doivent intégrer dans leurs plans de nombreux critères en- vironnementaux afin qu’ils soient le plus économe en énergie (utilisation des énergies renouvelables pour le chauffage, pour la production d’eau chaude sanitaire…, utilisation des matériaux éco- logiques…).

CIRCUITS COURTS – DÉCHETS

Circuit court: Depuis plusieurs années, les circuits courts connaissent un regain d’intérêt. C’est un circuit de distribution des produits alimentaires. Il se caractérise par la proximité entre producteurs et consommateurs diminuant ainsi les intermédiaires. Depuis avril 1999, le circuit court a une définition officielle. Selon le ministère de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche, est considéré comme circuit court un mode de commercialisation des produits agricoles qui s’exerce soit par la vente directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte, à condition qu’il n’y ait qu’un seul intermédiaire.

Les différents types de circuits courts: • la vente directe (des producteurs aux

consommateurs) > vente à la ferme > vente collective > vente sur les marchés > vente par correspondance > vente organisée à l’avance (amap)

• la vente indirecte (avec un seul intermédiaire) > vente à la restauration > vente à un commerçant détaillant > vente à un non commerçant

Quels produits sont vendus? Nous retrouvons de nombreux produits tels que: la viande, les légumes et les fruits, le fromage, le vin, le miel. Ces produits ont comme point commun la qualité. En effet, ils peuvent être biologiques, de terroirs ou locaux mais l’aspect essentiel est qu’ils soient produits localement.

Les enjeux des circuits courts : Environnemental: • Des circuits courts moins consommateurs d’énergie

que les circuits longs. • Des produits de qualité utilisant moins d’intrants. Social: • Forte demande des consommateurs. • Nouvelle attente des consommateurs: ils

recherchent des produits frais et locaux, de meilleure qualité ayant du goût, une traçabilité.

• Soutenir l’économie locale. • Avoir une démarche plus éco-responsable. • Créer du lien social et culturel. Economique: • Favoriser et maintenir l’activité économique

locale. • Rechercher plus d’autonomie et de valeur ajoutée

pour les agriculteurs. • Réinventer des formes de groupement collectif.

Du côté de la politique: Dans le cadre du Grenelle de l’Environnement, le gouvernement s’est engagé à mettre en place une agriculture plus durable. Il est important de repenser les pratiques agricoles en adoptant des techniques plus respectueuses de l’environnement, en développant une consommation plus responsable et durable à court, moyen et long terme. Les circuits courts nécessitent la révision des modes de production et de consommation, ce sont des enjeux du développement durable.

Michel Barnier, Ministre de l’Agriculture et de la Pêche de 2007 à 2009, a lancé un plan en mars 2009. Il doit permettre d'améliorer la connaissance des circuits courts, de revisiter la formation des agriculteurs qui souhaitent commercialiser en direct leur production, de donner une aide à ceux qui souhaitent s’installer et de mieux organiser ce mode de vente. En région, il s’agit de mobiliser l’ensemble des acteurs: agriculteurs, acteurs économiques, collectivités territoriales et associations afin de décliner un plan régional d’action.

LEXIQUE & CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE

60